ART ? 002

ART-002

Jacques Villeglé

Neuf

Né en 1926, Villeglé fait partie du mouvement des nouveaux réalistes comme les a définis Pierre Restany dans les années 1960. Son travail depuis 1947, a consisté à prélever des blocs d’affiches lacérées, qu’il préférait déjà travaillées par des mains anonymes, et les maroufler, cadrer et signer.

Plus de détails

10,00 € TTC

Fiche technique

Année1996
Format50x35 cm
Nombre de couleurs2
PapierPopset 150g

En savoir plus

Je l’ai rencontré en 1988 et nous avons réalisé un premier travail de prélèvements d’affiches à Lille, assorti d’une édition de 8 sérigraphies intitulée Décentralisation. J’ai tout de suite téléphoné et écrit à des artistes dont j’avais l’adresse et avec qui j’avais déjà travaillé pour les inviter à réagir à ART ?. Quelques jours plus tard, j’ai reçu plusieurs projets. Villeglé m’a répondu non pas sous forme d’une phrase ou d’un slogan comme j’espérais, mais d’un travail qui me semblait plus proche de l’estampe : un abécédaire regroupant les lettres qu’il récoltait sur les murs des villes, manuscrits par des gens (au même titre qu’il récoltait les affiches lacérées et se les appropriait). Il l’avait intitulé Abécédaire de la guérilla (une guérilla urbaine par la lettre et le mot), et s’est mis en scène dans l’affiche en silhouette clamant son texte.

En 2000, j’ai voulu faire une nouvelle opération du même genre et, lui rendant visite, j’ai vu plusieurs feuilles de papier couvertes de dessins et de textes composés à l’aide de ces signes issus de l’abécédaire. Il m’a alors expliqué que, vieillissant, il avait moins de force physique pour décoller des blocs d’affiches et se livrait désormais plus facilement à un travail de dessin en atelier. Lui qui avait passé sa vie en utilisant des « œuvres automatiques », faites par le public de la rue, devenait un « vrai artiste », dessinant de sa main. Toutefois, la « récolte » dans la rue est toujours présente au sens où tous ces signes en sont issus. Il a commencé cette « collection » de signes qu’il appelle maintenant l’alphabet socio politique, en 1969 lors d’une visite de Richard Nixon à Paris et quelqu’un avait écrit NIXON avec des signes de ce genre sur un mur. Villeglé s’est mis alors en quête, de récolter puis classer des signes servant souvent de symboles politiques, religieux, financiers et autres. Les ayant réunis (il manque le J qu’il n’a jamais trouvé), il les utilise comme une typographie à part entière afin de nourrir ses compositions de cette présence anarchique ou anarchiste.

Alain Buyse